Les députés britanniques prennent la main sur le Brexit

Dans cette monarchie parlementaire, on se retrouve avec un partage du pouvoir entre l’exécutif d’un côté et le parlement de l’autre. Le Parlement, doté d’une chambre haute et d’une chambre basse, dispose d’un réel pouvoir au Royaume-Uni, ce qu’il est en train de montrer aujourd’hui par l’amendement voté lundi soir. De paroles de Britanniques, “c’est du jamais vu !”. Par le passé, les élus de Westminster ont tout de même usé de leur pouvoir, notamment à l’époque de Margaret Thatcher quand les députés lui ont demandé de partir. Dans le cas présent, ce qui est spectaculaire, la Première ministre reste en place, mais les députés, y compris des membres du gouvernement, prennent la main sur l’agenda face à l’exécutif. Malgré cela, Theresa May a toujours les mains libres pour poser, d’ici vendredi, une troisième fois la question du vote sur l’accord. Si aucun accord est trouvé, cela fragilisera davantage la Première ministre.